Les Grandes Heures de Cluny

2018, un Festival en or !

Cluny, cette année, est placée sous le signe de l’or puisque, quasiment sous l'endroit où se posent les pieds de nos chères spectatrices et chers spectateurs, des archéologues ont trouvé en septembre dernier un trésor médiéval constitué de pièces en or, d’une bague sigillaire également en or et d’une feuille de ce même métal. Si le temps c’est de l’argent, selon l’affreux précepte de Benjamin Franklin, la musique, elle, est d’or. Or-lumière, Or-signe de l’absolue perfection ; c’est conscient de cet enjeu que nous déroulons pour vous le programme 2018.
Avec, tout d’abord, les précieuses présences d’Augustin Dumay, violon, et de Vanessa Wagner, piano ; de Magali Léger, soprano nominée aux Victoires de la Musique et de Marie-Ange Nguci, jeune pianiste d’à peine 20 ans qui allie à une technique virtuose, musicalité et poésie.
Avec ensuite un concert avec orchestre symphonique, comme nous en avons pris l’habitude, celui de Minsk qui vous offre un programme Brahms ; un quatuor, les Modigliani, qui jouent, et depuis longtemps, dans la cour des grands ; un récital, vingt doigts pour un piano à quatre mains avec Vahan Mardirossian et Tristan Pfaff ; un concert avec chœurs, la Missa Gloria de Puccini et le Gloria de Poulenc. Et aussi une grande première : un concert en Femmes Majeures. Effectivement, le Festival veut réhabiliter tout un pan de la musique caché, oublié, sous-estimé : la création musicale des femmes. Une enquête publiée en 2014 intitulée "Où sont les femmes dans la musique classique" montrait que la programmation féminine n’y dépassait pas les 10% ! Aussi mettrons-nous en valeur, cette année, Clara Schumann, Hélène de Montgeroult, pianiste et compositrice amie de Mme de Staël qui sauva sa tête durant la révolution en improvisant sur La Marseillaise devant les membres du Comité de salut public qu’elle toucha aux larmes ; et Camille Pépin, jeune compositrice ayant déjà remporté plusieurs prix dont celui de la musique symphonique de la SACEM.
Les Grandes Heures vous accueilleront comme d’habitude dans différents lieux de l’abbaye grâce au Conservateur du Centre des Monuments Nationaux et au Directeur de l’Ensam, et à l’église Saint-Marcel dont nous apprécions toujours l’acoustique parfaite.
Nous vous souhaitons une magnifique saison bordée de musique tel un long fil d’or garant de rêve et d’émotions et qui jamais ne se brise.